Navigation

Partagez|

La belle et la bête ft Breana


Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ La belle et la bête ft Breana

Jeu 20 Oct - 21:36






La belle et la bête
Breana & Dash.

Il se regarda dans le miroir. Il fallait qu'il soit parfait. Il explosa de rire. Vraiment, la situation était risible. Il se préparait pour un entretien avec une fille qu'il ne connaissait pas, pour qu'elle l'épouse contre un million de dollars. Mais comment, il avait pu tomber aussi bas. Sérieusement, il ne pouvait pas trouver une femme normalement? La réponse était non. Il avait trouvé une fille et il n'y avait aucun arrangement. D'accord, il n'était pas amoureux mais il tenait à elle... Et aujourd'hui, où est-ce qu'elle était? Dans les bras de son meilleur ami. Alors, oui, poster une annonce dans un journal pour trouver une fiancée avant son vingt-neuf ans, c'était la pire idée qu'il est jamais eu de sa vie, mais le pire, dans cette histoire, c'est qu'il se faisait beau pour son entretien avec la jeune femme. Il devait vraiment avoir perdu la tête. Il se recoiffa et se rendit dans le salon. Il lui restait encore une bonne demi-heure avant d'accueillir sa seule candidate. Bizarrement, il n'avait reçu aucune réponse. Alors, lorsque la veille, il avait eu un message sur son répondeur, il avait sauté sur l'occasion. Fallait-il qu'il soit aussi désespéré? Lorsqu'il s'installa sur le canapé pour attendre sa future fausse dulcinée, il reprit le contrat en main. Déjà quatre ans, qu'il l'avait et pourtant, il avait attendu tout ce temps avant de trouver une femme pour l'épouser. La vérité, c'était que lorsque son avocat lui avait présenté les papiers, il avait décidé de laisser tomber. Que son tuteur prenne son argent... Après cela, il sortirait de sa vie, et il n'en entendrait plus parler. Il pourrait peut-être enfin arrêter de voir son visage la nuit. Pourtant, en posant ses valises, ici, à Byron Bay, quelque chose avait changé. Les souvenirs qu'ils avaient mis plusieurs années à faire taire, avaient refait surface, le laissant comme un con avec sa culpabilité. C'est vrai, cet argent, c'était son héritage, c'était ce qu'il lui restait de ses parents. Il n'en avait certes pas besoin mais il ne pouvait pas le laisser à un enfoiré de première. Seulement, il ne lui restait moins d'un an avant de trouver l'amour. Je vous vois déjà venir, il suffit de le chercher, un mec comme lui, ne devrait pas avoir trop de mal à trouver. Le problème, c'est qu'il était en train de mourir à petit feu. Il sombrait dans la drogue, dans l'alcool, dans les coups d'un soir, dans tout ce qui pouvait le tuer. Il avait même plusieurs grammes d'alcool et de l'héroïne dans le sang, lorsqu'il avait posté cette annonce, mais il ne pouvait plus faire machine arrière. Il prit le sachet de poudre à côté de lui et en sniffa une dose. Il allait en avoir besoin. Il n'avait qu'une seule réponse pour son annonce et la probabilité pour que la jeune femme soit une vieille fille avec plusieurs chats et de la barbe au menton était proche de cent pour-cent. Soudain, il entendit la sonnette de son appartement. Inconsciemment, il pria le dieu pour que la jeune femme soit minimum passable. Lorsqu'il ouvrit la porte, il resta sur le cul. "Et bien, tu n'es pas si moche..." Est-ce qu'il avait vraiment parlé à voix haute? Où est-ce que c'était son imagination qui lui jouait des tours?


B.DAVIS sur Bazzart.



Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Sam 22 Oct - 12:15


Tu te regardes une dernière fois dans ton miroir, n'étant pas du tout certaine pour ta tenue et ton maquillage. Plus les minutes passaient et plus tu te disais que d'avoir répondu àc cette drôle d'annonce n'était pas du tout une bonne idée. Mais bon, en y répondant, tu t'étais dis que tu n'aurais jamais de retour, que tu ne serais pas sélectionné, parce qu'avec la somme proposée, une tonne de demoiselles jeunes et moins jeunes avaient du y répondre. T'avais presque envie de te téléphoner pour annuler le rendez-vous avec une excuse bidon. En fait, ce qui te faisait le plus peur, c'état de ne pas savoir à quoi ressemblait le jeune homme. Il pouvait être jeune comme vieux, beau comme très moche. Heureusement, si physiquement il ne te convient pas, tu pourrais toujours faire machine arrière, vu que tu n'as rien signé. Un petit soupir s'échappe d'entre tes lèvres et tu lisses une dernière fois ta robe noire très simple. Peut-être que tu aurais du enfiler un jeans et un pull... Mais maintenant il était trop tard, tu n'avais plus le temps de changer de tenue, parce que si tu le faisais, t'étais certaine d'arriver en retard et même si c'était dans ton quotidien, tu voulais faire bonne impression. Vu que l'adresse qu'il t'a donné ne se trouve pas loin de chez toi, tu décides d'y aller à pied, cela t'aiderai peut-être à détresser un peu avant la rencontre. Tu observes chaque homme qui te dépassent, te demandant si c'était la personne que tu devais rencontrer. Tout ce que tu espérais, c'était qu'il ne soit pas un vieux pervers qui allait te séquestrer. Finalement, peut-être que ce rendez-vous n'était qu'un piège et que c'était un pervers qui t'attendait bien patiemment. Une nouvelle fois, tu eus envie de faire demi-tour et il te fallut une bonne dose de courage pour continuer ton chemin. En à peine quinze minutes, tu atteins l'adresse qu'il t'avait donné quelques jours plus tôt et t'arrive rapidement derrière sa porte. Tu l'observes durant de longues secondes, te demandant encore et toujours si c'est une bonne idée ce que tu allais faire. Ton doigt presse finalement la sonnette, pendant que ton coeur accélère dans ta poitrine et il bat tellement vite, que tu as l'impression qu'il va s'échapper de ton corps. La porte s'ouvre finalement et en voyant un jeune homme, tu ne peux pas 'empêcher de soupirer légèrement. Au moins ce n'est pas un vieux d'une soixantaine d'année. Ton regard le parcours rapidement et tu le fais sans vraiment de gêne vu qu'il fait exactement la même chose de son côté. Un léger sourire apparaît sur ton visage en entendant sa remarque et tu plonges ton regard dans le sien. Et toi t'es pas chauve et pas de déambulateur... Tu remets correctement ton sac sur ton épaule, tout en te demandant si l'entretien allait se passer ici, sur palier où si à un moment où un autre il allait te faire entrer. Mais qui sait, peut-être avait-il déjà pris sa décision et que tu ne lui convenais pas et donc qu'il allait déjà te congédier. T'avais envie de continuer de l'observer, parce que tu devais bien avouer que ce qui se trouvait devant toi te plaisait beaucoup, mais t'avais peur qu'il le prenne mal. Tu observais donc simplement son visage, essayant de lire quelque chose dans son regard qui pourrait te donner des indices pour la suite.
Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Dim 23 Oct - 18:02






La belle et la bête
Breana & Dash.

Est-ce qu’il avait vraiment parlé à haute voix ? Cela lui arrivait souvent. En même temps, il n’avait jamais eu beaucoup d’amis, il fallait bien qu’il parle à haute voix, pour lui-même. Cependant, cette manie était mal venue devant la jeune femme… Surtout la seule jeune femme qui avait répondu à son annonce. Il allait la faire fuir avant même qu’ils se connaissent. Non, il avait sans doute rêvé. Il n’avait pas pu entendre sa voix grave, insinuer que la jeune femme devant elle était potable. Surtout qu’elle était loin d’être potable… Elle était… A tomber. S’il n’avait pas été aussi réveillé, il n’aurait jamais cru voir apparaître une si jeune femme devant son appartement. Il ne l’avouerait jamais, mais il avait un faible pour les blondes, et voir la magnifique chevelure blonde de la jeune descendre sur ses épaules étaient un vrai régal pour ses yeux. Évidemment, ses yeux étaient obligés de s’attarder sur son décolleté plus que généreux. Et cette robe ? Elle mettait parfaitement son corps en valeur, laissant voir de magnifiques jambes. C’était comme si c’était Noël avant l’heure. Pourtant, elle avait quelque chose de plus… Quelque chose de dangereux, d’attirant… C’était exactement le genre de femme dont on pouvait tomber amoureux… Alors, oui même ce n’était pas du tout son genre, il pourrait vite se laisser embobiner par une femme comme elle. Il secoua la tête et essaya de reprendre ses esprits. « Et toi t'es pas chauve et pas de déambulateur... » Oh mon dieu, même sa voix était envoûtante, dangereuse. Il avait peut-être qu’une seule prétendante… mais une prétendante d’exception. Il serait tellement facile de faire croire à une histoire d’amour avec un corps si magnifique à ses côtés. Pourtant, il ne devait pas ce laisser avoir et surtout, il devait garder ses distances. Se retrouver avec une femme amoureuse à la fin n’était pas dans ses projets. « Vous savez mademoiselle, je prends tout cela très au sérieux. » Qu-est-ce qu’il lui prenait d’un seul coup ? Il devait passer le mec légèrement bipolaire, qui passait du tu au vous, du joyeux ou sérieux… Ce n'était pas top pour commencer une affaire. Car oui, il voyait toute cette plaisanterie comme une affaire commerciale… Il y avait de l’argent à la clé qu’est-ce que cela pouvait être d’autres ? « Vous savez vous n’êtes pas la seule, à vouloir empocher le million mademoiselle… Une tenue plus conventionnelle aurait été la bienvenue. » C’était l’hôpital qui se foutait de la charité. La jeune femme était habillée simplement, c’était son esprit à lui qui était tordu. C’était ça, de s’aventurer dans une vie de luxure, on avait envie d’y goûter souvent. Seulement, il fallait mettre des barrières dès le début. Il avait même préparé un contrat et en haut de la liste figuré : ne pas avoir de rapport intime l’un envers l’autre. En demandant, à son avocat, il ne savait pas qui il essayait de protéger. Sans doute, lui, car au fond, même s’il n’avait jamais été amoureux, il s’attachait si vite. « Je vous laisse entrer pour visiter mon appartement qui sera le vôtre et que vous puissiez lire le contrat, qu’on puisse en discuter. » Dit-il en s’éaccartant de la porte pour laisser la sublime créature entrer dans son appartement.


B.DAVIS sur Bazzart.



Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Dim 23 Oct - 18:37


Dès que la porte c'était ouverte sur le jeune homme, ton envie de prendre la fuite avait totalement disparue et un petit sourire était apparu sur le coin de tes lèvres. Au moins maintenant tu étais fixée, ce n'était pas un vieux pervers qui avait passé cette annonce. Maintenant, ce que qui te passait par la tête, c'était pourquoi. Pourquoi il avait passé une telle annonce, parce que tu étais certaine qu'il pouvait avoir n'importe quelle fille. Finalement, peut-être que tout ceci était une farce, peut-être qu'une fois à l'intérieur du logement, tu vas voir une caméra et ensuite passé à la télé. T'étais un peu plongée dans tes pensées, t'étais étonnée de voir que tu ne l'avais jamais croisé auparavant en ville, parce que tu étais certaine que tu t'en serais rappelé. T'étais pas une grande fêtarde, mais tu sortais quand même régulièrement et certaines personnes te marquaient plus que d'autres. Une première pique lancée, il ne te fallut que quelques secondes pour lui répondre et tu ne savais pas comment il l'avait pris. Après tout, tu ne le connaissais pas du tout et il ne fallut pas longtemps pour que le jeune homme, qui se tenait toujours devant la porte, reprenne la parole. A sa remarque, tu entrouvris la bouche mais alors que tu allais répondre, il te lança une nouvelle pique sur ta tenue. Tu te sentis légèrement rougir et ton regard se déposa sur ta tenue.  Finalement, tu croisais les bras sur ta poitrine et replongeais ton regard dans le sien. Je prends également ça très au sérieux. Et si tu voulais une tenue précise, tu aurais peut-être du le préciser dans ton annonce. Oui, tu avais continué de le tutoyer alors que de son côté. il t'avais vouvoyer. Mais t'avais horreur de vouvoyer une personne, surtout si elle avait quasiment le même âge que toi, de plus en ouvrant la porte, il t'avais tutoyer, alors tu ne comprenais pas vraiment pourquoi il avait changé. Enfin il se retirait de devant la porte et t'étais un peu étonnée quand il te dit que tu allais vivre là. T'avais pensé que vous alliez garder chacun votre logement, vu que tout ceci n'était qu'un jeu. Tu ne voyais donc pas pourquoi t'allais devoir partager son logement. Pourtant, tu gardais le silence, du moins pour le moment et entra dans l'appartement. Ton regard parcourait tranquillement les lieux, avançant lentement, ne sachant pas où tu avais le droit d'aller ou pas. Ce qui te rassurait un peu, c'est que tout ça allait être mis par écrit et donc qu'aucun des deux ne pourraient dépasser certaines limites, ce qui t'arrangeais, tu devais bien l'avouer. Tu te retournais finalement vers lui, un peu perdue, tu devais bien l'avouer. Très bel appartement, je dois bien avouer. Je ne le voyais pas comme ça. Où est-ce que je peux me mettre pour lire ce fameux contrat ? T'aller t'asseoir nul part tant qu'il ne te l'aurait pas proposé, t'avais pas envie qu'il puisse te lancer une nouvelle pique.
Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Lun 24 Oct - 12:19






La belle et la bête
Breana & Dash.

Lorsqu’elle passa à côté d’elle, il sentit son parfum. Mais bordel, elle ne pouvait pas faire comme tout le monde, et rien mettre. La grande question, qu’il se posait, c’était pourquoi, elle l’attirait autant. Parce qu’il ne pouvait pas l’avoir ? Parce qu’elle n’était qu’un arrangement ? Ou… Il se souvint soudain qu’il avait pris une petite dose pour tenter de survivre à tout ça. Il avait trouvé pourquoi, une fille banale l’attirait autant, c’était à cause de la drogue. Il respira un beau coup, l’espace d’un instant, il crut être devenu fou. Il pouvait toujours se convaincre que c’était à cause de la drogue pourtant, il ne pouvait nier la tension sexuelle qui se faisait ressentir dans le salon, depuis que la jeune femme était entrée. « Je prends également ça très au sérieux. Et si tu voulais une tenue précise, tu aurais peut-être dû le préciser dans ton annonce. » Ses paroles furent comme une gifle en pleine face. C’était bien la première fois, qu’une femme lui répondait avec autant de spontanéité, autant de fougue. Il n’avait pas l’habitude. Dans son quotidien, il était le patron, tout le monde l’écoutait, les femmes étaient à ses pieds, mais, elle…. Elle venait clairement de lui tenir tête. Elle regardait autour d’elle, assez impressionnée. Est-ce qu’elle le prenait pour un amateur ? Il proposait quand même un million de dollars. Elle croyait qu’il allait sortir cet argent d’une pochette-surprise ou quoi ? « Très bel appartement, je dois bien avouer. Je ne le voyais pas comme ça. Où est-ce que je peux me mettre pour lire ce fameux contrat ? Il était tellement concentré sur cette jeune femme, sur son comportement, sur son naturel, qu’il ne compris pas tout de suite ce qu’elle lui racontait. « Le contrat ? Ah oui, le contrat… Installez-vous sur le canapé, je vais le chercher... » Il se retourna et alla chercher dans le tiroir le fameux contrat. Il n’y avait que quelque point à respecter. Ne pas coucher ensemble. Faire croire à une histoire d’amour, mais ne pas tomber amoureuse. Accepter de se marier et de rester six mois ensembles. Il ne demandait pas la lune. Bon d’accord, il fallait être sacrément barré ou avoir vraiment besoin d’argent pour accepter ça. Il lui tendit le contrat qu’il avait fait rédiger par son avocat. « Vous êtes assez surprenante, mademoiselle. Je pourrais cacher des corps dans mon armoire ou être un homme recherché par la police… Vous êtes prêt à signer comme ça ? » Il se dirigea vers la cuisine et prit deux verres et une bouteille de vin. Il voulait faire connaissance, elle était sa seule prétendante après tout, mais surtout, il avait vraiment besoin de boire un verre. Il était en manque, les effets de la drogue tardaient à venir et son anxiété se faisait ressentir dans son corps. Il lui donna un verre et commença à boire l’autre. Sentir, l’alcool le sécurisait et lui donnait un peu plus confiance, et il allait en avoir besoin. Mais punaise, il pouvait convaincre de nouveaux investisseurs, mais il était incapable de tenir en place pour un contrat pour un faux mariage. « Et, si vous me parliez de vous, un peu avant… Vous savez j’ai dix candidates potentielles... » Il n'abusait pas un peu-là ? Pourquoi, il mentait ? Pour ne pas avoir l’air désespéré certainement, car il était vraiment dans l’impasse. Il fallait qu’il se marie sinon l’autre abruti aller récupérer, ce qui ne l’appartenait pas. « Pourquoi avoir répondu à l’annonce ? L’appât du gain ou l’envie d’aventure ? »


B.DAVIS sur Bazzart.



Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Lun 24 Oct - 16:57


Tu te doutais bien que le logement que t'allais découvrir devait être très grand, vu la somme d'argent qu'il proposait, le jeune homme ne devait manquer de rien. Ce qui t'avais étonnée en le découvrant, c'était plutôt sa décoration et sa propreté. Faut dire qu'en général les hommes ne sont pas les rois du ménage mais peut-être qu'il avait engagé une femme de ménage et tu devais avouer que cela t'arrangeais. Oui, tu te voyais déjà vivre dans ce logement durant quelques temps et si cela devait te faire arrêter le ménage, tu allais encore plus sauter sur l'occasion. En l'entendant marmonner quelques mots concernant le contrat, un petit sourire apparu sur le coin de tes lèvres. Apparemment tu le troublais et c'était un bon point pour toi et tu n'allais donc pas hésité à jouer de tes charmes. Il faut avouer qu'au début, tu étais venue à reculons pour ce rendez-vous, mais maintenant que tu avais vu le jeune homme, t'avais bien envie de gagner ce contrat. Tu croisais tranquillement les jambes pendant que tu lui prenais le contrat des mains tout en laissant échapper un rire de ta bouche en attendant sa remarque. Il n'avait pas tort, il fallait être un peu folle pour avoir débarque comme ça chez un parfait inconnu. Mais qui te dis que je n'ai pas tout prévu ? J'ai peut-être une arme cachée dans mon décolleté ou dans mon sac et peut-être même que si certaines personnes n'ont pas de mes nouvelles dans quelques heures, ils vont appeler la police. Bien entendu, tu n'étais pas du tout ce genre de fille, tu détestais les armes et tu ne te voyais pas prévenir tous tes amis. Si t'avais décidé de venir à ce rendez-vous, c'était tout simplement parce que tu t'étais fier à ton instinct féminin. Ton regard se déposa enfin sur le contrat que tu tenais toujours dans ta main et tu fus étonnée de voir le peu de points qu'il exigeait pour que tu acceptes de signer le contrat. T'avais imaginé bien pire, avec des idées bien précises, des choses obligatoires à porter ou àè faire. A première vue tout te semblait correct, t'étais presque déçue de voir qu'il n'y aurait rien de physique entre vous, parce qu'il t'attirait, tu ne pouvais pas le nier. Alors que tu continuais de lire, il te sortit de tes pensées et tu relevais donc la tête pour l'écouter. Tu réfléchis quelques instants à sa question, ayant horreur de parler de toi, t'allais avoir du mal à lui répondre. Tu te mordillas quelques secondes les lèvres, penchant légèrement la tête pour le regarder. Parler de moi ? Bon d'accord je vais essayer... Cela fait 4 ans que je vis ici, je suis originaire de Sidney. Je travaille comme serveuse dans un petit restaurant et ma plus grande passion c'est la pâtisserie. J'aime me promener durant la nuit et je suis une fan de films d'horreur. Sinon... Je ne sais pas, qu'est-ce que tu voudrais savoir ? Tu préférais nettement qu'il te pose des question, vu que tu ne savais jamais quoi dire quand tu devais te décrire. Tu déposais le contrat sur la table basse se trouvant devant toi, ^pour l'observer se déplacer dans l'espace de son logement. Vraiment, t'étais encore étonnée de voir qu'un jeune homme comme lui devait passer une annonce pour trouver une fausse épouse. Le voyant te proposer un verre de vin en pleine journée, t'arquait légèrement un sourcil, surprise d'une telle proposition. Cela se voyait un peu que vous n'étiez pas du même monde. Tu pris néanmoins le verre pour rapidement le déposer sur la table à côté des papiers. T'étais pas fan de l'alcool et encore moins du vin mais il ne pouvait pas le savoir. Désolé, mais je n'aime pas le vin et j'aimerai garder l'esprit clair. L'alcool me faire dire et faire faire des choses un peu extravagantes, vu que je ne le tiens pas vraiment bien. D'ailleurs, tu remarquais que tu ne savais toujours pas son prénom et qu'il ne savait également toujours pas le tien. Un peu des deux, je dois bien l'avouer. Un serveuse ne gagne pas réellement pas bien sa vie et puis j'étais curieuse de voir qui pouvait bien se cacher derrière une telle annonce. Ton regard le parcouru une nouvelle de la tête aux pieds et tu t'installais un peu plus confortablement sur le canapé, parce que tu ne savais pas pourquoi mais tu sentais que le rendez-vous allait durer un moment. Et toi alors, comment se fait-il que tu aies passé cette annonce ? Tu n'avais pas une amie qui pouvait prendre se rôle ?
Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Mer 26 Oct - 12:23






La belle et la bête
Breana & Dash.

C’était bien la première fois de sa vie qu’il était aussi stressé. Ce n’était pas la première fois qu’il négociait avec une femme. En réalité dans son travail, il était connu (depuis quelque mois) comme un homme à femmes. Les nouveaux investisseurs lui envoyaient des femmes. Elles faisaient parfois des milliers de kilomètres pour venir le voir ici à Byron. Elles arrivaient toujours avec des robes courtes, qui laissaient parfois voir leur culotte. Pourtant, il gardait toujours son calme, aussi impassible qu’une statue. Bon, il faut être honnête… Même si au final, il obtenait toujours ce qu’il voulait : l’argent des investisseurs. Une fois l’entrevue finie, les jeunes femmes ne gardaient pas leurs jupes et le reste de leur vêtement. Elles venaient pour le chauffer et elles repartaient après avec un sourire aux lèvres. Il savait que ce n’était pas correct. Ce n’était pas des objets sexuels mais c’était soit, il noyait son mal-être dans des plans culs, soit il prenait sa dose de cocaïne et bousillait sa santé. Au final, n’y l’un ni l’autre ne l’aidait vraiment à garder la tête sur les épaules. Le manque, le mal-être, la noirceur finissaient par revenir et il lui fallait une autre dose, une autre femme… Sans vraiment réussir à combler ce vide. Mais revenons, au présent. Cette fille, cette blonde avait réussi à le déstabiliser. Pourtant, elle n’avait rien de plus que les autres. D’accord, elle était mignonne mais elle ne lui apporterait rien d’autre que ce qu’il avait déjà. Il devait se reprendre. C’était un entretien comme les autres même si à la fin, il n’y aurait pas d’extra dans la chambre ou la salle de bains. « Mais qui te dis que je n'ai pas tout prévu ? J'ai peut-être une arme cachée dans mon décolleté ou dans mon sac et peut-être même que si certaines personnes n'ont pas de mes nouvelles dans quelques heures, ils vont appeler la police. » Il ne put s’empêcher de sourire, en entendant cette réplique. Elle avait beaucoup de répondant mais il était certain qu’elle mentait. Pourtant, en l’entendant parler, il ne put s’empêcher de regarder vers son décolleté. De là, où il était, elle ne pouvait rien lui cacher de ses courbes généreuses. « Et bien, quelque chose me dit, qu’il serait impossible de cacher quoique ce soit à ce niveau... » dit-il avec un petit sourire. Il cherchait à la mettre mal à l’aise. Il avait enfin repris le dessus. Fini le Dash qui perdait ses moyens, le séducteur avait repris le dessus. Il avait bien l’intention de la convaincre d’accepter ce contrat. De toute façon, il n’avait pas d’autre choix. S’il ne voulait pas que l’autre c**nard ait son argent, il allait devoir faire vite. « Parler de moi ? Bon d'accord je vais essayer... Cela fait 4 ans que je vis ici, je suis originaire de Sidney. Je travaille comme serveuse dans un petit restaurant et ma plus grande passion c'est la pâtisserie. J'aime me promener durant la nuit et je suis une fan de films d'horreur. Sinon... Je ne sais pas, qu'est-ce que tu voudrais savoir ? » C’était pour cela que son visage ne lui disait rien. Elle n’était pas d’ici. C’était même une bonne nouvelle. Elle n’était pas un souvenir du passé, elle était juste un accord et il ne risquait pas de confondre quoique ce soit… Enfin, pour l’instant, c’était assez mal parti. A chaque fois, qu’elle le regardait… Il ne pouvait s’empêcher d’avoir des idées charnelles. « Je ne sais pas… Par exemple, si un petit ami jaloux ne risque pas de venir interférer dans cet accord ? Ou un ex jaloux ? Ou une fille, je n’ai rien contre ça ? » Mais à quoi, il jouait là ? Il était dans un rendez-vous professionnel et il lui posait des questions personnelles… Comme s’il était sur le point de lui demander de le rejoindre dans sa chambre. Tout cela était n’importe quoi. Et puis, mince… Foutu pour foutu… Il pouvait bien la draguer. De toute façon, il ne la prendrait pas. Pour une raison inexpliquée, elle avait un pouvoir sur lui, et il ne pouvait pas prendre le risque que les sentiments s’en mêlent. « Désolé, mais je n'aime pas le vin et j'aimerais garder l'esprit clair. L'alcool me faire dire et faire faire des choses un peu extravagantes, vu que je ne le tiens pas vraiment bien. » C’était un bon point à savoir. C’était toujours bien de savoir les points faibles d’une femme, lorsqu’on cherchait à la conquérir. « Un peu des deux, je dois bien l'avouer. Un serveuse ne gagne pas réellement pas bien sa vie et puis j'étais curieuse de voir qui pouvait bien se cacher derrière une telle annonce. » Il but une gorgé de vin et la regarda dans les yeux. Il ouvrit la bouche pour lui répondre. Il avait mis la machine en marche, il ne voulait plus d’elle pour un faux mariage mais il la voulait dans la pièce d’à côté, sa chambre. « Et alors, vous êtes déçu ? Tout à l’heure, vous aviez l’air soulagé que je ne sois pas vieux, mais es-tu vraiment déçu ? » Comment, il était passé du vous au tu ? Il n’y avait qu’une solution. Il était passé d’un rendez-vous professionnel à un rendez-vous personnel. « Et toi alors, comment se fait-il que tu aies passé cette annonce ? Tu n'avais pas une amie qui pouvait prendre se rôle ? » Elle essayait de détourner la conversation, mais il n’était pas dupe. Il sentait que parler d’elle était une chose difficile pourtant, il avait très envie d’apprendre à la connaître. La première femme qui arrivait à le déstabiliser… Elle méritait qu’il s’intéresse à elle. « Vous connaissez Dash’s Industries ? Une entreprise d’informatique, qui créait des applications, des ordinateurs, ils sont même en train de se lancer dans la téléphonie… Et bien, je suis le fondateur et le PDG… J’avais une fiancée mais malheureusement, elle était plus attirée par un autre que par moi. J’ai besoin d’un mariage et rapidement mais sans engagement, où chacun repartira comme si de rien était. On a pas tous le choix de pouvoir de croire au grand amour et au beau mariage, Breana. »


B.DAVIS sur Bazzart.





HRP:
 
Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Mer 26 Oct - 22:06


Tu connaissais plutôt bien la gente masculine et t'étais certaine que si tu disais que tu cachais quelque chose dans ton décolleté, son regard allait directement aller se poser dessus. Bien entendu, cela ne manqua pas, le regard de ton futur mari se posa immédiatement dessus, ce qui te fis doucement sourire. Les hommes étaient tellement prévisibles... S'en était presque navrant de pouvoir les connaître si bien sans les connaître réellement en réalité. T'avais presque envie de mettre ta poitrine sous son nez pour qu'il puisse encore mieux l'observer, vu qu’apparemment ce qu'il voyait lui plaisait. Tu levais légèrement les yeux au ciel en entendant sa remarque. Comme s'il pouvait deviner ce qu'une femme pouvait cacher entre leurs seins. Vraiment, t'étais certaine que tu pourrais l'épater. Ah oui, tu es bien certain de toi ? Je suis certaine que je peux cacher pleins de choses. T'avais presque envie de lui lancer un défi pour pouvoir l'épater et lui clouer le bec. T'avais l'impression qu'il se donnait un genre, qu'il essayait de faire croire qu'il connaissait les femmes sur le bout des doigts. Tu décroisais tranquillement les jambes pour les recroiser de l'autre sens, pendant que ton regard parcourait le contrat qu'il t'avait donné et donc t'avais hâte de lire les quelques lignes. Sauf qu'en plein milieu, il décida qu'il préférait nettement que tu parles de toi, choses que tu détestais faire. Tu poussais un très léger soupir pendant que tu reposais ton regard sur lui, essayant de trouver une parade pour esquiver la réponse. Heureusement, il te posa rapidement quelques questions et celles-ci te firent éclater de rire. Tu secouais vivement la tête, vraiment il ne connaissait pas si bien les femmes. Tu crois vraiment que si j'avais quelqu'un dans ma vie j'aurais répondu à ton annonce ? Franchement, je ne suis pas ce genre de fille. Alors tu ne risques pas de tomber sur un petit copain ou un ex. Mon dernier chéri remonte à l'époque où j'étais encore à Sidney. Il aurait certainement du mal à le croire et pourtant c'était la vérité. T'étais célibataire depuis bien des années et même si tu t'étais amusé quelques fois avec les hommes, tu n'avais jamais trouvé chaussure à ton pied. Avec les minutes qui passaient, tu prenais de plus en plus plaisir à être en sa compagnie et surtout tu te détendais, parce qu'il fallait bien avouer que jusqu'à présent t'étais stressée. Tu observais le verre de vin rouge qui se trouvait toujours devant toi et t'avais un peu peur qu'il le prenne pas, parce que c'était un peu étonnant une personne n'aimant pas le vin. T'avais presque envie de goûter pour lui faire plaisir, parce que finalement il t'avais pas proposé autre chose à boire. Pourtant tu te retenais parce que tu savais que l'alcool ne faisait pas bon ménage avec ton organisme et tu ne voulais pas prendre ce risque, surtout en face d'un inconnu. Tu détournais le regard pour observer une nouvelle fois la pièce où vous vous trouviez pour terminer sur le jeune homme qui te demandait si t'étais encore déçue de te trouver face à lui. Tu fus quand même étonnée de voir qu'une nouvelle fois il repassais à la deuxième personne pour te parler. Il était déstabilisant, tu ne savais pas réellement comment réagir face à lui. Pourquoi je devrai être déçue ? Je ne vais pas te mentir, t'es plus que séduisant... T'es même canon pour tout dire. Alors non, je suis même plutôt contente d'être tombée sur un mec comme toi. Tu lui fis un grand sourire, parce que finalement ce n'était que la vérité et tu ne voyais pas pourquoi tu devrais lui mentir ou le lui cacher. De plus, il devait se douter de sa beauté, c'était certainement un jeune homme très sûr de lui dans la vie de tous les jours. Heureusement pour toi, tu réussis enfin à changer de conversation et lui faire parler de lui et t'avais hâte d'en apprendre plus, parce qu'il était très mystérieux. Et puis, tu ne t'étais pas du tout renseignée avant de venir, tu préférais nettement découvrir sur le moment. Tu l'écoutais donc attentivement, une nouvelle fois surprise qu'il reparte dans le vouvoiement, s'il voulait te déstabilisé, il était entrain d'y parvenir et c'était une horrible sensation. Le nom qu'il te cita te disait quelque chose, vu que t'étais quand même une adepte des applications sur les portables. En l'entendant ensuite prononcer ton prénom, tes lèvres s'entrouvrit mais aucun son n'en sortit. T'avais pas souvenir de le lui avoir dis, même pas en prenant rendez-vous. Peut-être qu'il avait pris ses dispositions et qu'il avait fait des recherches avant ton arrivée. Je connais les applications, que j'adore au passage. Je le trouve très pratique. Par contre... Comment sais-tu mon prénom ? Il ne me semble pas que je te l'ai dis. Mais peut-être que tu as une petite fée qui te l'as soufflé... Donc par curiosité, est-ce que je peux le savoir pour qu'on soit sur un pied d'égalité ? Tu lui fis ton plus beau sourire et te pencha légèrement en avant, dévoilant un peu plus ton décolleté, au moins comme ça t'étais certaine qu'il allait te dire son prénom.
Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Dim 30 Oct - 14:05






La belle et la bête
Breana & Dash.

Cette fille le fascinait. Il n'avait jamais vu une femme comme elle. C'est vrai en règle générale, les femmes rougissait ou cachait leur poitrine lorsqu'il faisait des remarques machistes... mais, elle... elle avait l'air d'aimer ça. Comme si, elle avait compris le pouvoir qu'elle avait sur lui. Le pire, c'est qu'elle en jouait et en en rajoutait une couche. Alors, oui, même, s'il n'avait pas voulu regarder sa magnifique poitrine, son regard était comme attiré par cette partie de son anatomie. Il aurait mieux fait d'éviter, car en plus de la petite phrase ultra sexy qu'elle lui avait dite, des images venaient d'apparaitre dans son esprit. Il imaginait déjà lui retirer cette petite robe, dégrafer son soutient gorge et gouter la saveur de ses petites pointes roses. Il secoua la tête et tenta de revenir à la réalité. Ce qui n'était pas une mince affaire, car d'autres images faisaient déjà leur apparition... Comme l'une dans la douche. Il fallait vraiment qu'il arrête avec son délire. D'habitude, il en fallait plus avant qu'une fille ne fasse dresser son entrecuisse. Heureusement, il avait eu une bonne idée en la forçant à parler de son passé amoureux. Quel homme, ça ne refroidissait pas. "Tu sais, je suis à la recherche d'une femme bien... J'ai pas très envie de voir un de tes ex dire au pasteur, je suis contre ce mariage... Ou encore m'apercevoir, que tu as plus d'ex que moi.... Même si, cela me semble presque impossible... " Il laissa sa phrase en suspend. Pourquoi, est-ce qu'il continuait de faire comme si c'était encore un entretien professionnel? Il savait que cette femme n'allait pas convenir. Déjà, elle ne respectait pas une des closes du contrat, car, il avait bien l'intention de la mettre dans son lit. Pourtant, il avait envie d'en savoir plus. C'était dingue, comme elle le fascinait autant qu'elle l'agaçait, avec ce petit air suffisant... Comme si elle avait l'impression de commander, d'avoir le contrôle sur lui. Il n'allait pas ce laisser faire. De toute façon, il avait réussi à reprendre le dessus. Il avait décidé de poser des questions personnelles. Il voulait en savoir plus mais pas trop non plus. Il voulait être certain qu'après leur petit nuit ensemble, elle allait disparaitre et repartir avec ce pouvoir qu'elle avait mystérieusement sur lui. "Je dois avouer que tu es vraiment très belle. Et puis, il faut avouer que tu as tous les charmes pour plaire aux hommes. Je pourrais rendre des hommes jaloux en t'ayant à mon bras. " Soudain, il s'imagina à un bal de son entreprise, présentant, la belle Breana à ses investisseurs. Tout le monde la regardait avec envie, et il était fier de l'appeler sa fiancée. "Eh oh, tu cherches pas une vraie femme, juste une roue de secours..." lui souffla le petit diable sur son épaule. Oui, c'est ce qu'il cherchait en postant cette annonce. Il voulait un mariage et un divorce. C'était sal*p et méchant pour la jeune femme qui endosserait rôle, mais elle serait qu'un domage collatéral dans sa guerre contre son tuteur. Pourtant, il y avait une petite voix au fond de lui... Cette voie qui l'avait toujours poussé à abandonner... Cette voix qui avait toujours réussi à faire taire... Cette voix qui lui disait que peut-être c'était la chance qui attendait, que cette histoire pouvait être comme dans les films? Il devait revenir sur terre. On ne basait pas une relation sur un faux mariage et encore moins, sur une envie bestiale de la déshabiller dans son salon. Il était tellement plonger dans sa réflexion qu'il ne faisait plus attention à ce qu'elle disait. Jusqu'au moment, elle lui fit remarquer qu'elle ne lui avait pas donné son nom. Et merde, il avait fait une boulette. C'était bien, le genre de truc qui ne lui arrivait jamais lorsqu'il était dans son état normal. Effectivement, il avait quelque recherche sur elle. Il n'allait pas laisser entrer dans sa vie n'importe qui, quand même. "Tu crois vraiment, que j'allais juste me satisfaire du nom de famille que tu as laissé sur mon répondeur? Je te l'ai dit, je suis à la tête d'une entreprise d'informatique. C'est facile pour moi, de retracer un appel et de remonter jusqu'à toi..." Ok c'était légèrement flippant, ce qu'il venait de dire. Il voulait pas lui faire peur, ou s'introduire dans sa vie. Le pire, c'est qu'il avait juste découvert son prénom, regarder si elle avait un casier. Il n'avait même pas regardé son âge ou quoique ce soit d'autre. Il voulait se laisser la surprise... Au final, il aurait mieux fait de tout regarder, ça lui aurait éviter de passer pour un con devant elle... et d'être aussi surpris par sa beauté. "Ok, si t'es flippé... tu peux partir mais sache que j'ai juste vérifier que tu n'essayais pas de m'entuber. Tu es libre de partir mais sinon, je peux aussi te dire autant de chose que je sais sur toi?" C'était pas la meilleure idée qu'il est eu mais bon, c'était déjà ça. Bizarrement, il n'avait plus envie qu'elle parte. "Avant que t'arrives, je savais juste que tu t'appelais Breana Gray et que t'étais pas recherchée pour meurtre... Donc, je suis pas non plus recherché pour meurtre et je m'appelle Dash Oaken, pdg de Dash industrie's qui vaut des millions..." Il lui révélait tout ça pour pas qu'elle se barre en courant et qu'elle aille à la police raconter qu'il avait enfreint la loi. "Tu vas pas me balancer? " [/color]»


B.DAVIS sur Bazzart.




Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Dim 30 Oct - 22:16

A cet instant précis, tu ne regrettes plus du tout d'avoir répondu à l'annonce ni d'avoir pris ton courage à deux mains pour sonner à la porte. Tu adorais le petit jeu qui était entrain de s'installer entre vous et c'était bien la première fois que tu ne te sentais pas timide en face d'un inconnu et qu'au contraire, tu te sentes si sûr de toi. Peut-être est-ce que c'était le fait qu'un contrat était en jeu ou alors simplement parce que le jeune homme te plaisait réellement. A sa remarque sur la femme bien, t'arque un sourcil te demandant pendant quelques instants pour qui il était entrain de te prendre. Soit t'avais rêvé, soit il te prenait un peu pour une fille facile et tu n'appréciait pas vraiment ça. Tu croisas les bras sur ta poitrine tout en le fusillant légèrement du regard. Je n'apprécie pas réellement le fait que tu penses qu'un ex pourrait surgir pour te mettre des bâtons dans les roues. Si tu n'as déjà pas confiance en moi maintenant, je ne pense pas qu'il soit nécessaire pour qu'on continue plus loin. T'avais même pas envie de répondre à sa remarque sur le nombre d'ex que tu pouvais avoir dans ta vie. T'avais une sainte horreur qu'on te prenne pour une personne que tu n'étais pas. Que certains clients le pensent pouvaient encore passer, mais que lui pense ça alors que tu venais de lui dire le contraire, te mettais hors de toi ! A cet instant précis, t'avais envie de te lever et de claquer la porte, tellement ces pensées t'avaient énervées. Même son compliment ne te fit rien, tu haussas légèrement les épaules, presque comme si tu avais l'habitude qu'on te complimente ainsi, alors que c'était tout le contraire. Tu faisais tout pour que le rouge ne te monte pas aux joues, t'aimais pas forcement les compliment. Ton regard se détourna du sien pour observer une nouvelle fois la pièce et essayer de faire redescendre la colère qui était entrain de monter en toi. Ah bon ? Mais qui sait, peut-être que les hommes que tu croiserais en ma compagnie m'auront déjà eu dans leurs lits ! T'avais dis ça un peu trop brusquement, sur un ton un peu trop piquant. Finalement, peut-être que tu allais le laisser croire que t'étais ce genre de filles, le genre qui abuse de leurs charmes pour avoir ce qu'elles veulent. Sans vraiment savoir pourquoi, peut-être une nouvelle fois pour te calmer, tu pris le verre toujours intact devant toi, pour en boire une longue gorgée. L'amertume du vin te tira une grimace et c'est avec le bout de la langue dehors que tu reposais le verre sur la table basse. Heureusement pour toi, il répondit rapidement à ta question. Sa réponse était totalement justifier et t'aurais certainement du faire la même chose de ton côté en prenant conscience que tu allais rencontrer un parfait inconnu. S'il avait réellement fait toutes ces recherches, il aurait du connaître ta vie amoureuse sur le bout des doigts, tu ne comprenais donc pas pourquoi il te posait toutes ces questions. Tu ne comprenais pas vraiment son petit jeu, oé te faisait tourner en bourrique et t'appréciais pas vraiment ça, une nouvelle fois. J'ai de la peine à croire que tu aies réellement fait des recherches sur moi. Parce que si c'était vraimet le cas, tu ne me poserais pas toutes ces questions sur mes ex's. Je pense que tu es entrain de bluffer pour me déstabiliser. Tu plongeais une nouvelle fois ton regard dans le sien, certaine qu'il te mentait ouvertement tout en espérant que tu allais tout gober comme une vraie blonde. Tu décroisais finalement les bras pour déposer tes mains sur tes genoux, pendant qu'un petit sourire en coin apparaissait sur ton visage. Te dénoncer pour quoi ? Parce que t'es un mec célibataire qui veut faire un faux mariage ? Je suis pas certaine que je serais prise au sérieux au poste de police. On m'enfermerait plutôt dans un asile. Un léger rire s'échappa d'entre tes lèvres alors que tu te voyais déjà avec une camisole de force, que tu aurais porté plainte contre une fortune de la ville. T'étais pas folle à ce point, du moins pas encore. Bon et sinon, je dois signer combien de contrat si au final j'accepte de jouer ce rôle ? Et je suppose qu'il y a une close de confidentialité ? Genre je ne fois pas dire aux autres, même à mes pls proches amis que c'est qu'un spectacle entre nous ? Ah et surtout, jusqu'où on doit aller dans les gestes et les déclarations d'amours ? Tu voulais que tout soit réellement clair entre vous, même si pour ça il fallait rajouter des closes dans le contrat déjà écris.
Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Mar 1 Nov - 20:37






La belle et la bête
Breana & Dash.

Soudain, elle s’énerva. Il se doutait qu’elle ne prendrait pas bien, le fait qu’il est fait des recherches sur elle. En même temps, la probabilité qu’elle est vérifiée son nom sur les réseaux sociaux étaie proche de un. Alors, pourquoi, elle s’énervait ? Il avait l’impression, d’avoir dit un truc de travers, mais que cela ne venait pas du fait qu’il avait peut-être enfreint quatre lois qui pourraient l’emmener direct en prison. Pourtant, il n’arrivait pas à comprendre pourquoi elle était si en colère. C’est vrai, si elle avait pris peur, elle aurait pu juste prendre la porte pourtant, elle lui demandait en quoi consistait le contrat. Sérieusement, cette femme était complètement folle. « Tu aurais peut-être du regarder, si elle ne sortait pas de l’asile psychiatrique » lui souffla sa conscience. Il fallait pas abuser, quand même. Elle n’avait pas l’air d’une folle mais elle devait avoir certainement des cases en moins. Il venait de lui avouer qu’il avait fait des recherches sur elle et pourtant, elle avait toujours envie d’avoir le poste. On était maintenant dans une quatrième dimension. C’était peut-être à lui de prendre ses jambes à son cou et de se barrer en courant, car la jeune femme avait un truc dans le regard, qui lui disait qu’elle n’hésiterait pas à le frapper. Il fallait qu’il essaye de calmer les choses, et puis même si elle l’attirait toujours autant, il voulait pas d’une folle dans sa vie. « Ok, on se calme ! D’accord, j’aurais pas du faire des recherches sur toi. C’était une violation de ta vie privé mais tu pourrais m’expliquer qu’est-ce que j’ai fait ? » Il se leva et retourna se prendre un deuxième verre. Il allait avoir besoin de plus qu’un simple verre de rouge pour surmonter la suite de cette entrevue. Il sortit un autre verre et se servit un verre de whisky rempli à ras-bord. Il le but d’un seul coup, de toute façon de là, où il était la jeune femme ne pouvait pas le boire. Heureusement, sinon, elle l’aurait pris pour un alcoolique. Ce qu’il était mais elle n’avait pas besoin de le savoir. Sérieusement, cette femme venait vraiment de lui retourner le cerveau en moins d’une heure. D’abord, il avait voulu l’embrasser, puis l’allonger sur son canapé, ensuite, il ne voulait plus la prendre pour le contrat. Lorsqu’elle s’était mise en colère, il voulait juste qu’elle quitte son appartement et maintenant, qu’il l’observait du coin de l’œil, il s’imaginait en robe blanche, avançant vers lui. Il secoua la tête et revint vers elle. « Et si, on reprenait tout depuis le début. J’ai effectivement fait des recherches sur toi mais sais-tu ce que ça me coûterait, si le gouvernement m’avait pris le fait… Et puis, bizarrement, j’ai été pris de culpabilité donc je n’ai pas essayé de savoir si tu avais cinquante petits amis ou si tu étais à la rue. Tu n’avais pas de casier, j’ai pas cherché plus loin. » Sa voix était beaucoup plus dure qu’il ne l’aurait voulu. Sans le vouloir, il lui avait peut-être fait peur alors, qu’il venait juste de prendre la décision de la prendre. C’était vraiment débile… Mais, c’était de sa faute à elle, avec sa robe sexy, sa voix envoûtante et sa façon de lui tenir tête. Elle avait fini par le convaincre et tant pis, s’il devait se retenir de se jeter sur elle… De toute façon, il n’avait personne d’autre pour le poste. « Tu sais, je voulais juste être sûr. J’ai pas le droit à l’erreur, c’est l’honneur de ma famille qui est en jeu donc excuse moi d’avoir fait une ou deux recherches sur toi. » Il s’installa sur le canapé de nouveau et prit une gorgé de whisky. « Il y a pas de clause de confidentialité. Disons que je compte sur toi pour que ce soit crédible. J’imagine que ta mère ne serait pas vraiment contente, si tu lui avouais que ton mariage est une grosse blague ? Et bien, c’est à toi de dire, jusqu’au tu es prête à aller, mais un baiser en public est une obligation… Il faut que ce soit crédible, quand même. Donc, qu’est-ce que tu ne veux pas faire ? » Il y avait déjà une close pour ne pas coucher ensemble, alors qu’est-ce qu’elle voulait de plus.


B.DAVIS sur Bazzart.



Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Jeu 3 Nov - 19:26


Plus tu réfléchissais à la situation et plus tu pouvais comprendre pourquoi il avait agis ainsi. Toi aussi tu aurais du agir comme ça, te renseigner sur lui avant d'aller à votre rendez-vous. Pourtant tu ne l'avais pas fais, t'avais préféré partir à l'aventure les yeux bandés et tant pis s'il t'arrivait quelque chose. Et puis bon, vous n'apparteniez pas au même monde et peut-être que dans son monde, c'était tout à fait normal d'agir ainsi. T'avais eu un coup de chaud, t'avais réagis au quart de tour et tu le regrettais, enfin pas entièrement mais un petit peu. C'était pas ton genre de réagir comme ça, tu répondre du tac au tac et encore moins à un homme. Il réussissait à te faire sentir de tes gonds plus vite que personne et tu ne comprenais pas comment il y arrivait. Tu fermais les yeux et pris une longue respiration tout en écoutant ce qu'il était entrain de te dire. Il avait raison, tu le savais parfaitement mais tu n'allais pas le lui dire, il serait trop content. T'en étais certaine. Les secondes passaient lentement sans que tu ne dises un mot, fallait que tu trouves les bons, si tu ne voulais pas déclencher la troisième guerre mondiale. Tu soupirais lentement pendant que tes paupières se rouvraient pour déposer ton regard sur lui et qu'une de tes mains remettaient ta chevelure en place. C'était rageant de voir comment il avait le pouvoir sur toi et comment il réussissait à te faire changer d'humeur en quelques millièmes de secondes. D'accord, d'accord. T'avais tes raisons d'agir comme ça. Mais le dire ouvertement que tu as fais des recherches, avoue que ce n'était pas malin. Tout le monde aurait réagit comme moi. Sur ce point, t'étais certaine d'avoir raison. Toute la planète aurait réagis comme tu l'avais fais, t'en étais plus que certaine. Enfin, du moins tu l'espérais parce que sinon tu ne comprenais pas pourquoi quelqu'un pouvait trouver ça normal. Tu fis ensuite tout pour changer de sujet et revenir au sujet principal ; Le contrat. Il fallait que tu sois sûr de chaque point, qu'il n'y ai aucun malentendu entre vous. Tu observais le contrat encore quelques instants, avant de te lever et de faire quelques pas dans le salon. Il fallait que tu prennes de la distance avec lui, avec le contrat qui te narguait pour réfléchir correctement. Qu'est-ce que tu pourrais bien exiger de plus ? Franchement t'en avais aucune idée et s'en était presque agaçant. Et bien... Je ne sais pas. Peut-être rajouter quelque chose sur les vêtements ou tout ce qui concerne mon beauté. Du genre tu ne décides pas quand, où et comment je dois me faire épiler ou couper les cheveux. D'accord, tu regardais trop de films et tu lisais certainement trop de livres mais tu détestais les gens qui dictait ta vie de A à Z. Tu te retournais pour lui faire face, en espérant qu'il accepte ou du moins qu'il n'éclate pas de rire devant ce que tu viens de lui demander.
Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Dim 6 Nov - 11:54






La belle et la bête
Breana & Dash.

Soudain l’ambiance se fit moins pesant. Il le voyait dans ses yeux, elle était en train de réfléchir. Mais réfléchir à quoi ? Au paroles du jeune homme ? A sa colère qui n’avait aucun lieu d’être ? A la même chose que lui ? Oui, il espérait tout au fond de lui, qu’elle pensait à la même chose. Qu’il n’était pas le seul à être attiré par elle, sans raison. C’était bien la première fois, qu’il se retrouvait dans cette situation. C’est à ce moment qu’il comprit une chose. Il n’avait jamais eu autant d’attirance pour son ex. Est-ce qu’il fallait en conclure quelque chose ou tout simplement qu’il n’était pas du tout fait l’un pour l’autre. Mais dans ce cas là, qu’est-ce qu’il devait en conclure de la jeune femme devant lui ? La seule chose a déduire, c’est qu’elle le rendait dingue. Il savait que ce n’était pas une bonne idée d’accepter qu’elle soit sa partenaire. Pourtant, sans qu’il le décide, il s’était laissé convaincre. Au début, il ne voulait pas, il ne pouvait pas la choisir… Mais comme, s’il ne décidait plus rien de sa propre vie, il s’était laissé convaincre. Son besoin de lui sauter, de l’avoir dans son lit avait laissé place à une envie irrésistible de comprendre pourquoi, elle lui faisait autant d’effet. « J’avoue que c’était pas malin du tout… Mais, j’y peux rien… Tu me fais dire n’importe quoi ! » Il n’avait pas vraiment voulu dire ça. Ou si peut-être qu’il avait eu envie. Pour la déstabiliser. Pour voir, s’il n’était pas le seul à avoir l’air d’un abruti, incapable de contrôler la chose dans son pantalon. Il aimait les femmes, ce n’était pas un secret… Mais, elle s’était… Enfin, on va pas revenir sur le sujet. Il fallait qu’il se concentre sur ce qu’elle essayait de lui dire. Il ne put s’empêcher de rire. C’était même pire, il était pris d’un fou rire. Il ne se rappelait pas la dernière fois qu’il avait ri autant. « Elle se croit dans un film érotique, ou quoi. » de dit-il pour lui même. En fait, il n’avait pas vraiment réfléchi à ça. Il n’était ni un dictateur ni un dominant… même s’il aimait avoir le dessus dans la chambre, mais il ne lui serait jamais venu à l’idée d’imposer qu’une femme se fasse épiler. Elle faisait ce qu’elle voulait de son corps. Il fallait juste qu’elle soit présentable lors des dîners d’affaire avec des clients importants. « Écoute, si tu veux te faire l’intégrale… Tu fais ce que tu veux. J’irais jamais voir là-bas et en plus, c’est dans le contrat, je te rappelle. La seule chose, c’est que tu sois présentable pour les dîners d’affaires. Par contre, si tu as besoin, j’accepte de prendre un charge certain frai. » Certain… les plus importants. Il ne fallait pas non plus abuser. Il n’allait pas lui payer la manucure toutes les semaines. Des robes pour ses soirées à lui d’accord, mais pas plus. Il ne put s’empêcher de rajouter pour rigoler. « Et toi, tu veux que je m’épile ou tu préfères homme des cavernes. » dit-il en lui faisant un clin d’œil. Soudain, il se leva et posa son verre sur la table. Il commença à se diriger vers un couloir. « Est-ce que tu veux que je te montre ta chambre ? Enfin, celle que tu auras quand il faudra qu’on cohabite ? »


B.DAVIS sur Bazzart.



Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Dim 6 Nov - 12:43

Tu te sentais un peu bête d'avoir réagis comme ça, au quart de tour alors que son action était totalement justifié. Mais voilà, c'était sorti tout seul, t'avais réagis sans réfléchir, ce qui n'était pas ton cas normalement. Mais depuis que tu étais rentrée dans cet appartement, t'avais l'impression d'avoir changé et tu ne comprenais pas comment c'était possible. Son regard sur toi te déstabilisait totalement et tu ne savais donc plus comment agir quand il te parlait. T'avais l'impression d'être une quiche et qu'il allait rapidement te congédier pour prendre une des autres filles qu'il avait apparemment rencontré avant toi. Sauf que toi, tu voulais tenter cette drôle d'expérience, tu voulais jouer aux femmes mariées à ses côtés. Il y avait quelque chose en Dash qui te poussait à vouloir le connaître même si tu ne savais pas du tout ce que c'était. Quand il t'avoua que c'était de ta faute, qu'à cause de toi il disait n'importe quoi, tu te mordis quelques instants la lèvre pour ne pas éclater de rire. Au moins tu étais rassurée, tu le déstabilisais autant qu'il te déstabilisait. A vous deux, vous formiez réellement un drôle de duo, il fallait bien l'avouer. Finalement, un léger rire, sincère, s'échappa d'entre tes lèvres. Et bien, j'en suis désolé... Ou pas vraiment finalement. Mais au moins tu sais ce que tu fais, parce que tu me fais aussi dire n'importe quoi. Et la réaction que tu avais eu quelques minutes auparavant lui prouvait bien que tu n'étais pas entrain de lui mentir. Les mots sortaient sans que tu es le temps de les analyser et cela pouvait causer ta perte, tu en étais bien consciente. Tu remis bien vite le sujet sur le contrat, un sujet plus où moins neutre et un sujet que tu voulais approfondir. Son éclat de rire, que tu n'attendais pas du tout, te fis rougir telle une tomate au soleil, parce que tu n'avais pas imaginé une telle réaction de sa part. Presque nerveusement, tu passais une de tes mains dans ta chevelure, essayant d'analyser ce que tu venais de dire. Vraiment, tu ne voyais pas ce que tu avais dis de si drôle. Peut-être que tu lisais trop de romans où les hommes étaient de grands dominateurs. Mais au moins avec ces questions, tu étais certaine d'avoir abordée tous les points essentiel et que rien n'était mis de côté. Prendre en charge ? Non, non ! Je ne veux pas que tu paies quoique se soit. J'ai un métier et un budget. En aucun cas je veux te devoir quelque chose. C'était juste que je sais que certains hommes peuvent avoir certaines exigences et je voulais savoir si c'était ton cas. Et ne t'en fais pas, je m'entretiens partout, même si tu ne pourras pas le voir. Et en ce qui te concerne, tu fais ce que tu veux, vu que je n'aurais également pas l'occasion d'en voir plus que comme tu es actuellement. Et sans vraiment savoir pourquoi, cela te fit quelque chose de bizarre de savoir que jamais il n'allait te toucher. Enfin à part les baisers en publique bien entendu. Peut-être parce qu'il est très sexy et que tu te doutais qu'il devait s'y connaître ou alors parce que cela faisait bien trop longtemps qu'un homme ne t'avait pas touché. Tu te perdis quelques instants dans des pensées que tu ne devrais même pas avoir en sa compagnie, vu qu'il l'a écrit noir sur blanc. Aucun contact physique dans l'intimité. Un léger soupir s'échappa d'entre tes lèvres et tu te levas rapidement pour mettre un distance entre vous, parce que tu ne pouvais pas le nier. L'attirance était présente entre vous et tu devais donc garder tes distances. Heureusement, tu n'étais pas le genre de fille à sauter sur un mec, même s'il était canon, tu savais te tenir quand il le fallait. Tu l'observais se lever à son tour, tout en te demandant ce qu'il allait faire, vu que son verre n'était pas encore totalement vide. A sa demande, un petit sourire naquit sur tes lèvres. T'adorais visiter les appartements des autres, cela te donnait toujours des idées de décorations pour ton propre logement. Mais en réalisant qu'il voulait te faire visiter une chambre à coucher, tu te sentis une nouvelle fois rougir, parce que sans réellement le vouloir t'imaginer des choses pas réellement catholique qui pourrait s'y passer. Et se fut à cet instant que tu compris que la cohabitation n'allait pas être des plus simples. Avec grand plaisir !! Je suis curieuse de la voir. Tu remis ta robe plus ou moins en place sur tes jambes et tu le suivis donc dans le couloir qui menait à ta futur chambre et s'il te la montrait, c'est que finalement il avait fait un choix et que ça serait toi la future madame Oaken et cela te faisait apparaître un grand sourire sur les lèvres. Ton regard se promenait sur tout ce qui se trouvait autour de toi et surtout sur le jeune homme qui allait bientôt devenir ton vrai/faux mari et c'était tellement bizarre de penser ça, que t'arrivais pas à t'imaginer marier. Et en dehors des sorties avec toi, je suis libre de faire ce que je veux ? Par exemple si je veux rester dans ma chambre enfermée toute une journée si je travaille pas au café pour X raison en pyjama pas du tout glamour, j'ai le droit ? Où je devrai être toujours prête à devoir me pavaner avec grand plaisir à ton bras ? Et oui, parce que Dash ne savait certainement pas, c'est qu'en plus d'être serveuse tu étais écrivaine. D'ailleurs, tu te demandais si tu devais prévenir ton éditeur que tu allais te marier... Sauf que s'il l'apprenait il voudrait certainement que tu fasses des rencontres au bras de ton mari et tu ne pourrais plus te cacher derrière un pseudo...
Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Mer 9 Nov - 16:30






La belle et la bête
Breana & Dash.

En réalité, s’il lui avait proposé de visiter sa chambre, c’était surtout pour ne plus être dans le salon. Il n’arrivait plus à supporter l’atmosphère pesante du salon. Il y avait trop de tension sexuelle dans la pièce et c’était étouffant. Il avait de plus en plus de mal à garder son calme et à ne pas lui sauter dessus. Le pire, c’était sans doute cette robe, car en s’asseyant, elle s’était remontée. Alors, oui même s’il essayait de ne pas regarder, il ne pouvait s’empêcher de se dire que si elle avait été remonté de quelques centimètres… non, il ne voulait pas y penser, c’était une meilleure idée, de lui faire visiter l’appartement. Il fallait le reconnaître, ce petit palace était parfait. On ne pouvait pas dire le contraire. Il avait eu un réel coup de cœur, avec ses deux chambres ayant chacun sa propre salle de bains, un salon vraiment spacieux avec une cuisine ouvert, il y avait même une terrasse avec vu sur la plage. Un paradis pour un homme qui était venu chercher une nouvelle vie, trouver un sens à sa vie. Enfin, bref, il adorait son appartement et voir la jeune blonde sur son canapé, rendait son foyer encore plus spéciale. Il avait besoin d’air, il avait besoin de s’éloigner de cette femme et de ses charmes tentateurs. « Tu sais même si tu ne vas pas toucher… Je suis chez moi donc j’ai bien l’intention de me promener en caleçon. » Pourquoi, il fallait qu’il sorte des phrases comme ça. Il était vraiment un abruti. S’il ne passait pas pour un obsédé et qu’elle ne partait pas, il aurait de la chance. Oui, il avait vraiment besoin de s’éloigner de cette pièce. Il ne savait pas s’il allait pouvoir encore retenir dans son pantalon son entrejambe. Cette femme était une vraie diablesse, il n’aurait pas été étonné si on lui avait dit qu’elle était la fille en personne de Satan. On ne pouvait pas être aussi belle, et aussi attirante. Il s’avança donc dans le couloir sans la regarder. Il entendait déjà le bruit de ses pas derrières lui, et cela avait déjà suffi à remettre la machine de son imagination en route. Il ouvrit une porte où se trouver une magnifique chambre. Il n’avait aucun mérité. Il avait fait appel à une architecte d’intérieur. Une magnifique créature, qu’il avait remercié comme il se doit. Pourtant, ce ne fut pas le souvenir de la jeune brune qui lui avait refait son appartement qui s’afficha dans son esprit. Non, il voyait une femme plus petite, plus jolie, plus sexy mais surtout blonde. ‘Oh bordel, ressaisi toi » Il se donna une claque intérieur. Elle n’était même pas encore partie de sa maison et elle était hantée déjà ses pensées. « Et voilà, ça sera ta chambre. » Lorsque la jeune femme aperçut, la chambre, il put voir des étoiles dans ses yeux. Elle était vraiment impressionnée, et il ne put s’empêcher de sourire. Il allait aimer voir ce regard émerveillé dans ses yeux, car avec ce faux mariage, il allait lui ouvrir les portes du monde mondain. Il allait falloir qu’elle l’accompagne en déplacement dans les plus belles capitales du monde. Il était tellement en train de l’imaginer la belle à son bras sur une gondole à Venise, qu’il ne vit pas la jeune femme essayait de rentrer dans la chambre en même temps que lui. Ils étaient coincés dans l’embrasure de la porte. Elle contre lui, lui contre elle. Ils étaient si près. Même leurs bouches étaient si proches. Il aurait pu se pencher un peu plus… Juste pour goutter ses lèvres. Ils étaient si près l’un de l’autre dans l’embrasure de la porte qu’il sentait son odeur, si enivrante, si délicieuse. Sa bretelle était glissée de son épaule et soudain, il mourrait d’envie de l’embrasser à ce niveau là. « Reprends-toi mon vieux » le rappela sa conscience. Brusquement, il se décala et entra dans la chambre. Le charme était rompu et bizarrement, il en fut déçu. « Bien sûr, que tu pourras être en pyjama. Sauf, lorsque je recevrais à la maison. » Il commença à avancer dans la chambre, jusqu’à une petite porte. « Tu as ta propre salle de bains… Ne t’inquiète pas pour le ménage, j’ai une dame qui s’en occupe. » Soudain, il se sentit étouffer dans cette pièce. Quelle mauvaise idée, il avait encore eu. Il avait emmené la femme qu’il rêvait de mettre dans son lit, de sentir sous elle dans une chambre. En voyant le lit, il eut qu’une envie l’attirer contre lui et essayer ce lit. Il fallait qu’il trouve un moyen de sortir de cette chambre, de rompre la tension sexuelle entre eux. « Concernant, les relations sexuelles… Tu peux voir qui tu veux mais tu ne ramènes personne ici. Je te demanderais juste d’éviter que cela brise l’image de notre mariage parfait. » inventa-t-il. Pourquoi soudain, il sentit un sentiment de jalousie ?


B.DAVIS sur Bazzart.



Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Dim 13 Nov - 9:28

Plus les minutes passaient et plus tu te voyais vivre ici en sa compagnie. Tu te voyais déjà lire un bon livre sur ce même canapé ou regarder un film en sa compagnie. Tu te voyais te faire à manger dans la cuisine que tu imaginais bien entendu très grande et recevoir des personnes que tu connaissais ni d'Eve ni d'Adam juste pour faire plaisir à monsieur. C'était bizarre mais tu te sentais déjà chez toi dans cet appartement alors que cela ne faisait pas longtemps que tu y étais entrée. De plus, il y avait quelque chose de très attirant chez Dash, quelque chose de mystérieux qui te donnait envie de le découvrir et pas seulement par la parole. Sauf que ce dernier point n'allait jamais se réaliser, vu qu'il avait bien spécifier dans le contrat, aucun acte sexuel entre eux. Ce n'était peut-être pas plus mal au final, même si à cet instant précis, tu ne pouvais pas t'empêcher de l'imaginer autrement qu'avec les habits qu'il était entrain de porter. La phrase qu'il te sortit sans aucune gêne te fit monter le rouge au joues et tu l'observas tranquillement de la tête au pied, tout en l'imaginant seulement en caleçon, tu devais bien l'avouer. Comment ne pas avoir envie de lui sauter dessus quand il sortait de telles phrases, surtout que ça paraissait tout à fait naturel chez lui. T'avais envie de te mettre des claques tellement tes envies était stupides mais tout à fait naturel d'un autre côté quand on était en présence d'un tel homme. Heureusement, ou pas d'ailleurs, le jeune homme pris rapidement la direction de ta chambre, enfin future chambre parce que tu ne savais pas encore quand allait commencer le contrat et donc quand tu allais emménager chez lui. Il avait très bon goût, tu devais l'avouer, son intérieur était splendide et tu te demandais si c'était lui qui avait tout décoré ou s'il avait fait appel à une personne extérieur. En seulement quelques secondes le chemin fut fait et quand il ouvrit la porte de la chambre, tu faillis te précipiter dedans, tellement tu étais impatiente de voir à quoi elle ressemblait. Sauf qu'au moment où tu voulus passer le pas de la porte, tu te retrouvas bloqué contre lui, vos corps beaucoup trop près l'un de l'autre pour que l'imagination ne reprenne pas le dessus. Tu l'observais attentivement, ton regard se posant un peu trop souvent sur sa bouche qui te faisait de plus en plus envie mais qui t'était interdite sauf en publique. Tu sentis tes hormones se mettre en marche et ton coeur commencer à battre la chamade avec les secondes qui passaient contre lui. Si tu t'étais écoutée, tu l'aurais certainement embrassé pour l'entrainer rapidement dans la chambre qui serait la tienne, sauf que t'avais pas envie qu'il te mette à la porte à cause de ce faux pas. Tu fermais quelques instants les yeux et se fut aussi à ce moment qu'il se détacha de toi et tu en fus réellement déçue mais tu espérais que cela ne se voyait pas trop. Enfin, tu entrais dans l'immense pièce et ta bouche s'entrouvrit sans aucun son n'en sorte. Tu t'étais attendu à une grande chambre mais pas si grande et surtout pas si bien décorée. Tu fis un petit tour sur toi-même pour bien voir chaque chose qui était présente. Peut-être à cause de l'attraction sexuelle qui c'était installée entre vous mais à sa remarque sur les pyjama, tu déposais ton regard dans le sien, une légère flamme coquine apparaissant dans ton regard. Est-ce que les nuisettes sont considérées comme des pyjamas où elles pourrait convenir comme robe de réception ? Parce qu'il y en a quelques unes dans mes tiroirs qui pourraient plaire à tes convives. D'accord, là tu faisais exprès de le tenter, de le laisser t'imaginer en petite tenue, mais c'était de sa faute, sa proximité te mettait dans tous tes états et l'avoir sentis contre toi durant quelques secondes t'avait totalement retournée le cerveau. Tu te promenais lentement dans la pièce, tout en l'écoutant bien entendu. Ne pas avoir besoin de faire le ménage, c'était un luxe que tu n'avais jamais imaginé pouvoir avoir. Tu t'assis finalement sur le bord du lit alors qu'il abordait le sujet des relations sexuelles. Tu laissas échappa un petit rire pendant que tu croisais les jambes et que ta robe remontait de quelques centimètres. Ne t'en fais pas pour ça, je ne compte ramener personne ici. Je vais honorer mon contrat correctement, si bien entendu c'est moi que tu choisis. Ton regard se promenait tranquillement sur Dash et bien entendu son entre-jambe ne passa pas inaperçu et puis de tout façon il ne s'en cachait pas réellement. Tes mains se posèrent sur le matelas derrière ton dos pour y prendre tranquillement appuis pendant que ton regard remontait dans les siens, sans oublier de déshabiller du regard. Je me demandais. Si nous sommes en déplacement et que nous devons dormir chez un des convives ou dans un hôtel... Il faudra qu'on partage le même lit non ? Pour que cela paraisse crédible... T'espérais bien que oui, parce que t'avais bien envie de savoir ce que c'était de se réveiller de temps en temps dans ses bras, parce que tu les devinais parfait pour t'envelopper durant la nuit si tu as froid. Une nouvelle bouffée d'envie monta en toi et tu ne savais pas si c'était la chambre qui te donnait envie de lui prendre la main et l'entrainer dans ton futur lit ou tes envies du moment, En tout cas la tension entre vous était palpable et au moins vous n'auriez pas vraiment besoin de forcer les choses pour que sa fasse réel aux yeux des autres.
Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Lun 14 Nov - 18:57






La belle et la bête
Breana & Dash.

Il tournait légèrement en rond dans cette pièce. Elle avait beau être très grande, il avait l’impression d’être enfermé dans un placard, tellement la tension sexuelle qui régnait entre son corps et celui de la jeune femme était forte. Pour être honnête, c’était bien la première fois, qu’il rentrait dans cette chambre et certainement la dernière. A chaque fois, que ses yeux se posaient sur le lit, il imaginait déjà le corps nu de Breana allongé sur le lit. Il se voyait déjà venir au dessus d’elle embrassait chaque parti de son corps. Il l’entendrait gémir de plaisir à chacune de ses caresses. Il fallait absolument qu’il arrête d’avoir des pensées aussi charnelles. Son entrejambe était déjà assez serrée dans son pantalon. Il avait déjà abandonné depuis longtemps, le fait de le cacher. Breana pouvait bien le voir, de toute façon, il y avait le contrat donc, il ne se passerait rien. Pourtant, il regrettait d’avoir noté cette close dans le contrat. Pourquoi, il avait voulu absolument mettre cette close ? Parce qu’il avait peur de tomber sur une moche ? Non, il n’était pas ce genre d’homme. Parce qu’il avait peur qu’elle tombe amoureuse de lui ? C’était ce qu’il avait réussi à se convaincre, mais la vérité, c’est qu’il avait peur d’être trop attiré par la demoiselle. Il avait peur de ressentir cette attirance, ce truc qui le ferait basculé. Il savait qu’il allait devoir passer beaucoup de temps avec cette demoiselle, il savait qu’il allait devoir l’embrasser, faire semblant d’être amoureux. Alors, oui, ce qu’il avait le plus peur, c’était de s’attacher à elle, ressentir, ce qu’il n’avait jamais ressenti. C’était peut-être lâche mais s’il refusait de coucher avec la femme qui serait dans quelques mois sa femme, c’est qu’il avait peur de tomber amoureux pour la première fois. C’était stupide. La vie, c’était ça. On tombait amoureux, on se faisait plaquer et on retombait amoureux. Pourtant, au fond de lui, il se rappelait toujours les paroles que lui avait dit son père. « Tu sais mon fils, dans notre famille… On aime qu’une seule fois. Tu trouveras cette fille, que tu aimeras mais qui sera capable de te détruire. » Enfant, il n’avait pas compris. Il avait fallu attendre ses dix-huit ans, qu’il rencontre son premier actionnaire. Un homme de soixante ans, qui connaissait sa femme depuis l’âge de quinze ans. Voir leur amour, voir cette dépendance lui avait fait peur. C’était pour ça qu’il voulut épouser son ex. Il ne l’aimait pas, il ne risquait pas de tomber amoureux. Pourtant, il avait fini par s’attacher. Alors même s’il n’était pas amoureux, la trahison fut dure. Il ne voulait plus ressentir ce manque et surtout, s’il avait ressenti ça avec une femme pour qui il ressentait juste de l’attachement, qu’arriverait-il s’il l’aimait de cet amour dont parlait son père. Il ne pouvait prendre le risque de souffrir et de sombrer encore plus. Il suffisait de voir comment il réagissait face à la jeune femme. La close était donc une bonne idée. Surtout qu’elle ne l’aidait pas, avec ses phrases coquines. « Si je te vois comme ça, tu n’arriveras jamais à passer le bas de ta chambre... » dit-il en la dévorant des yeux. Il savait qu’il allait trop loin, mais il n’y pouvait rien. Et puis, il disait seulement la vérité. En nuisette, elle ne sortirait jamais de la chambre avant qu’il ne lui enlève. Lorsqu’elle s’installa sur le lit, il alla s’installer à côté d’elle. Pourquoi, il n’en savait rien. Sans doute pour jouer avec le feu. « Je crois que c’est claire, le job est à toi... » Ce n’était pas une bonne idée. La sentir à côté d’elle été un vrai supplice. Il avait envie de la toucher, de l’embrasser. Et puis, voilà qu’elle posait des questions assez déplacées… Pourtant, ce qui l’attirait le plus, c’est de voir de l’excitation dans ses yeux. Il n’y avait pas à chercher midi à quatorze heures, elle avait envie de la même chose que lui. Il ne lui en fallut pas plus avant de se pencher vers elle, et de l’embrasser doucement. Il n’y avait rien de torride. Ses lèvres étaient collées à celle de la jeune femme. Pourtant, il en voulait plus. Il voulait goûter sa langue, mêler la sienne à celle de la jeune femme. Soudain, elles se rencontrèrent dans une délicieuse danse sensuelle. Il n’y avait plus que leur deux corps collés l’un à l’autre. Soudain, son téléphone sonna. Il se recula brusquement. Il venait d’être sauvé par le destin. Il ne savait pas ce qu’il se serait passé si son avocat n’avait pas décidé de l’appeler. « John, tu peux patienter quelques secondes... » Il allait être un gros con mais il ne pouvait pas prendre le risque que ce petit écart ne se reproduise. Il savait qu’il allait regretter ses paroles et son geste mais, en voyant la jeune femme encore sur le lit, il avait envie de raccrocher et de prolonger ce baiser. « C’est mon avocat, je vais devoir rester un moment… Tu peux garder le contrat et si tu vois d’autres choses, contacte moi. » Il se retourna et se dépêcha de mettre de la distance entre eux. Il avait besoin avant de faire une connerie. « Je ne te montre pas la sortie » dit-il avant de quitter la pièce pour s’enfermer dans son bureau. Heureux de pouvoir, enfin respirer.


B.DAVIS sur Bazzart.



Invité
Invité


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana

Mar 15 Nov - 21:23


En répondant à cette annonce, t'avais réellement tout imaginé sauf ça. Vraiment, t'aurais jamais imaginé être devant un tel homme et avoir autant envie de lui rien qu'en le regardant. S'en était presque effrayant mais également tellement excitant. Le pire dans cette histoire, c'est certainement le fait que tu ne te reconnaissais pas. En tant normal tu te comportais normalement voir presque timidement avec les hommes, surtout ceux que tu ne connaissais pas et pourtant avec lui c'était tout le contraire. Tu faisais tout pour le titiller, pour l'aguicher et cela te plaisait énormément. Tu observais les alentours, essayant d'oublier le fait que Dash n'était qu^à quelques centimètres de toi, qu'il était entrain de d'observer comme tu le faisais quand il te regardait pas. Vous vous jaugiez, vous réfléchissiez tout les deux si c'était réellement une bonne idée de signer ce contrat vu ce qui était entrain de se passer entre vous à cet instant précis. Sans réfléchir, tu demandes, avec une pointe d'humour si t'avais le droit d'aller aux soirées en nuisettes. Faut dire que certaines sont tellement belles que t'avais presque envie de les porter tout le temps, même à l'extérieur. Sa réponse fut tellement simple et tellement excitante à la fois qu'un petit sourire naquit sur tes lèvres. Ne pas sortir de la chambre ? Il n'imaginait même pas comment sa proposition était tentante ! C'est très intéressant ça. Je vais retenir cette information pour les prochains mois. Tu te voyais déjà entrain de faire exprès de mettre tout et n'importe quoi, juste pour qu'il mette ces paroles à exécution. Tu t'assis tranquillement sur ton futur lit, réfléchissant déjà à la première tenue que tu allais porter pour ta première nuit dans ce nouveau lit. T'avais tellement de choses à mettre que tu allais avoir du mal à choisir. Peut-être même que tu allais faire appel au jeune homme pour t'aider à choisir. Tu fus étonnée et en même temps ravie de le voir s'installer à tes côtés, même s'il était peut-être un peu trop près pour tes hormones. Tu l'observais tranquillement, toujours ravie de voir l'effet que tu lui faisais dans ta petite robe noire. Au moment où il te dit que le boulot était pour toi, un petit cri de joie, que tu ne pu pas retenir, s'échappa d'entre tes lèvres, pendant que ton regard brillait de mille et une étoiles. Alors que tu allais le remercier, tu sentis ces lèvres se déposer sur les tiennes. Prise du surprise, tu ne bougeas pas durant un court instant pendant que ton cerveau bloquait totalement sur ce qui était entrain de se passer. C'était pourtant écrit dans le contrat, aucun contact charnel dans l'intimité et voilà qu'il fautait déjà. Ce n'était pas pour te déplaire, bien au contraire vu que t'avais eu envie de ça dès ton entrée dans l'appartement. Alors que ton coeur commençait de battre la chamade dans ta poitrine et que tu intensifiait votre baiser, une sonnerie vint tout interrompre et un grognement s'échappa d'entre tes lèvre. A croire que c'était fait exprès ! Tu croisas les jambes et pris une petite mine boudeuse, après tout le téléphone venait de casser un super moment, un moment que t'avais espéré bien plus long. Tu le regardas sortir de la pièce, sans rien répondre. De tout façon il n'y avait pas grand chose d'autre à dire. Lentement, tu te levais et se fut un peu avec les jambes tremblantes à cause du baiser, que tu retournais dans le salon et au moment où tu pris le contrat dans les mains, tu réalisais que tu ne l'avais toujours pas signé. Un petit sourire coquin apparu sur le coin de tes lèvres et sans réellement savoir où il se trouvait, tu te rendis dans le bureau de ton futur époux. L'une des premières choses que tu allais faire en emménageant avec lui, c'était d'explorer les lieux pour savoir où tout se trouvait. Tu t'arrêtais finalement derrière une porte d'où s'échappait une conversation. Tu fis exprès de descendre l'une de tes bretelles de ta petite robe pour finalement entrer dans la pièce, sans prendre la peine de frapper. Tout en te dirigeant vers lui, t'observais la pièce et t'arrêta devant le grand bureau qui prenait quasiment toute la pièce et se fut avec un petit sourire que tu t'assis dessus, ne le lâchant pas du regard, d déposant les papiers sur la pièce en bois. On a oublié de finir quelque chose. Phrase pleine de sous entendu, il n'y avait pas que le contrat que t'avais pas finis de signer. Tu espérais bien retrouver le goût de ces lèvres sur les tiennes bien vite et t'était même prête à remonter encore un peu plus le bas de ta robe pour le faire craquer. Tu ne le lâchais pas du regard pendant que le pauvre essayait vainement de se concentrer sur sa conversation téléphonique. Pour patienter et lui faire comprendre que tu avais tout le temps, tu pris un objet quelconque se trouvant près de toi pour l'étudier, même s'il n'avait rien d'intéressant. Une chose était certaine, les prochains mois allaient être remplis de surprise et t'avais hâte de toutes les découvrir.
Contenu sponsorisé


Infos de base
Fiche RPG


Sujet ▲ Re: La belle et la bête ft Breana


La belle et la bête ft Breana
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» BELLE TAPISSERIE
» Une très belle peinture
» Belle étalon cherche femme...xD
» Aurore de Sova : la Belle au Bois Dormant est là~
» A moitié Belle...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RUTHLESS FAMILY SECRETS :: Byron Bay :: Cap Byron-
Sauter vers: